Fatima Sadiqi, Moroccan Feminist Discourses (New York: Macmillam, 2014)

9La maison d’édition américaine Palgrave Macmillan vient de publier un livre intitulé Moroccan Feminist Discourses écrit par le Pr Fatima Sadiqi. De format moyen et de 238 pages, le livre se nourrit aussi bien de l’histoire que de la sociologie et de la linguistique pour brosser un portrait à la fois critique et innovant des discours féministes au Maroc. De Herodotus aux penseurs contemporains en passant par Ibn Khadoune, l’auteure centre le nouveau statut officiel de l’amazigh, le rôle des femmes et leurs arts et savoir pour tisser les nouveaux défis que ces enjeux posent pour l’état, le mouvement islamiste et le mouvement féministe et souligner la nécessité d’une dimension amazighe dans les discours féministes marocains.

Le livre, dont la rédaction a pris presque huit années, se décline en cinq chapitres, une introduction, une liste de références bibliographiques et un index. Chaque chapitre est introduit par une vignette personnelle. A la fois académique et personnel, Moroccan Feminist Discourses positionne les discours féministes dans le palmarès des discours sociaux et les contextes historiques qui les ont produits dans le but de les définir, les comparer et faire ressortir un grand absent dans ces discours : la dimension amazighe. En parallèle, la dimension personnelle positionne l’auteure vis-à-vis des discours sur l’amazigh et les femmes au Maroc. A la fois érudit, exhaustif et sobre, ce livre adresse en profondeur les causes de cette absence et la complexité des sources de l’autorité dans le contexte marocain.

L’auteure est bien placée pour aborder cette thématique à la fois pertinente et d’actualité qu’est la rencontre de la langue et culture amazighes et les discours féministes au Maroc étant donné ses travaux dans ces deux domaines et sa longue expérience de recherche scientifique aussi bien dans le domaine de la linguistique amazighe que dans celui du mouvement féministe marocain. En ce sens, l’ouvrage offre une nouvelle voie de réflexion sur les discours féministes au Maroc, une voie qui se veut plus inclusive, plus ouverte, plus sobre au lendemain des turbulences du soi-disant printemps arabe.

Fatima Sadiqi est Professeure de l’Enseignement Supérieur à l’Université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès. Elle est aussi Professeure chercheure affiliée aux universités de Harvard et de California State at Pomona.

 

Ce contenu a été publié dans Recension, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.