Siham Benchekroun dir., l’héritage des femmes, réflexion pluridisciplinaire sur l’héritage au Maroc (Casablanca: Empreintes, 2017)

Dans ce livre, des intellectuels travaillant dans des disciplines diverses appellent à une révision des règles de succession au Maroc. Les femmes sont toujours discriminées en matière d’héritage. Convaincus que seule une réflexion collective permettrait d’aboutir à des solutions adaptées, les auteurs de  cet ouvrage ambitieux proposent un socle scientifique multidisciplinaire à cette problématique pluridimensionnelle dont les enjeux sont sociaux, religieux, juridiques, économiques et politiques.

 

Publié dans Femmes, Femmes : livres de référence | Marqué avec , , , , , , | Laisser un commentaire

Salah Eddine Chaoui, Ma soeur Touria, première aviatrice du monde arabe (Paris : Harmattan, 2017)

Dans les années cinquante, le Maroc était encore sous protectorat français. Touria Chaoui, jeune fille issue de la bourgeoisie de Fès, s’est distinguée par sa passion pour l’aviation. Malgré les obstacles et la réticence des autorités à admettre qu’une jeune fille marocaine puisse accéder à une formation de pilote, Touria, appuyée par son père journaliste et écrivain, fut inscrite à l’école d’aviation de Tit-Mellil. Elle décrocha brillamment, le 17 octobre 1951, son brevet de pilotage délivré par l’armée de l’air française. Elle avait tout juste seize ans. L’évènement a une portée historique qui fut relatée par la presse internationale. Touria était la plus jeune pilote mondiale et la première aviatrice du monde arabe.

Quatre ans plus tard, Touria Chaoui a été assassinée. La question reste posée : qui fut le commanditaire de cette lâche exécution ? Touria venait d’avoir vingt ans. Ce crime est toujours non élucidé.

Son jeune frère, qui avait onze ans, ayant assisté à sa mort, a décidé de lui rendre hommage à travers ce livre.

Publié dans Femmes, Femmes : livres de référence | Marqué avec , , , , , , | Laisser un commentaire

Salima Massoui, Femmes victimes de violences conjugales au Maroc (Paris : Harmattan, 2017)

Cet ouvrage se penche sur le récit de dix-sept femmes victimes de violence conjugale au Maroc. À partir d’une analyse qualitative de contenu, il identifie six étapes constitutives de la trajectoire des femmes interviewées : tout débute par un mariage (1re étape), suivi d’un événement déclencheur au cours duquel le mari devient violent une première fois (2e étape). Cette violence d’abord excusée, s’intensifie, se régularise, au point de devenir « normale » (3e étape), et ce jusqu’à ce que la victime prenne conscience du caractère problématique de sa situation conjugale (4e étape). Cette nouvelle conscience amène la femme à réagir, à s’adapter ou à transformer sa situation (5e étape), ce qui peut finalement conduire à la fin de la relation (au divorce) ou à sa triste poursuite (6e étape). Au final, cette recherche permet de mieux saisir la spécificité des dynamiques socioculturelles de la violence conjugale dans la société marocaine.

Publié dans Femmes, Femmes : livres de référence | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

Nodar Al Andaloussi, Les femmes illustres dans l’Afrique du Nord antique (Tétouan, Maroc : 2013)

Ce livre s’intéresse aux femmes illustres de l’Afrique du Nord antique. Il analyse les représentations des femmes à travers un genre littéraire précis (l’histoire) au cours de sept siècles allant de l’époque classique (Ve siècle avant l-C.) à l’époque romaine (W siècle après l-C.). Pour ce faire, il aborde plusieurs thématiques de façon chronologique, notamment l’histoire des femmes dans l’Antiquité, la représentation grecque de l’« autre » (les femmes amazighes), l’écriture de l’histoire en Afrique du Nord et la construction des genres et des catégories de sexes dans le discours historique.

L’étude de Nodar Al Andaloussi révèle que les femmes illustres de l’Antiquité, qu’elles soient déesses ou reines, ont bel et bien existé. Cependant, elles ont été représentées par des hommes, soit à travers les écrits de poètes, médecins, historiens, orateurs, philosophes ou guerriers. Cela va sans dire que ces textes reflètent la perspective – masculine – de leurs auteurs. Pour une autre lecture des femmes antiques, Al Andaloussi a eu recours aux « sources archéologiques », notamment l’art rupestre, les épigraphies, les figurines de terre cuite et les mosaïques.

 

Publié dans Femmes, Femmes : livres de référence | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Les statuettes féminines des grottes d’Achakar (Cap Spartel, Tanger)

caves-of-herculesLes grottes néolithiques d’Achakar rassemblent un ensemble de grottes, dont la célèbre grotte d’Hercule. Les archéologues y ont découvert un grand nombre de statuettes féminines, plus précisément 46 figures en terre cuite et une en pierre variant entre 3 et 7 cm de taille.

Les chercheurs ont conclu que ces figurations représentent la fécondité. La longévité humaine semble avoir été faible, tandis que la mortalité infantile élevée ; par conséquent, la survie du groupe dépendait de la fécondité des femmes.

Source :
Fatima Ait M’Hand, « L’image de la femme dans le Maroc préhistorique », Pour une histoire des femmes au Maroc, dir. Mohamed Monkachi (Casablanca : Imprimerie Najah al-Jadida, 2001), 15-21.

Publié dans Femmes, Femmes et préhistoire | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Christian Houel, premier journaliste au Maroc

Couv GF

En 1904, Christian Houel est le premier journaliste à entrer au Maroc, alors interdit. Habillé en Arabe, parlant le marocain, sans préjugés, il sillonne le pays.  Mes aventures marocaines racontent comment les Français ont mis la main sur le Maroc de 1907 à 1912 et la naissance de Casablanca, ville pionnière et véritable « Far West » français.

Un livre clé pour ceux et celles qui s’intéressent à l’histoire du colonialisme au Maroc.

Publié dans Histoire du peuple : colonialisme | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

Kharboucha (fin du 19e siècle), chanteuse et poète engagée

aKharboucha représente à la fois les luttes des tribus contre le makhzen (pouvoir central), les luttes des paysans contre la tyrannie des élites urbaines et les luttes d’une femme artiste contre un homme de pouvoir. Elle a opéré dans le contexte historique précis du 19e siècle, où les tribus se battent encore contre le pouvoir central pour sauvegarder leur autonomie.

Malgré son analphabétisme, elle mènera la résistance dans sa tribu des Oulad Zayd, dans la région d’Abda Doukkala, à Safi, contre Aïssa Tamri ben Omar, caïd d’une tribu voisine et ultérieurement vizir, à la fin du 19e siècle. Son arme : al-Aïta, à la fois appel, chant et engagement politique.

Source :
Osire Glacier, Femmes politiques au Maroc, d’hier à aujourd’hui (Casablanca : Tarik, 2013).

Khalid Khodari, Kharboucha … maraat al-Aïta (Ribat : Mathbaat al-maarif al-jadida, 2008).

Publié dans Femmes, Femmes et musique | Marqué avec , , , , , , | Laisser un commentaire

Burkini

 

Réflexions concernant le Burkini en France, au Maroc et ailleurs :

C’est secondaire d’interdire ou d’autoriser le Burkini : cela ne résout pas  le problème à la racine, soit celui du fondamentalisme religieux qui fait de l’appropriation du corps féminin sa bannière.  La solution est plurielle :

  • Au niveau du Maroc et autres pays musulmans : imaginons pendant une seconde que toutes les femmes du monde se mettent à se voiler … est-ce que cela va résoudre  les injustices internationales, les agressions militaires au Moyen-Orient, la crise des réfugiés et des migrants clandestins, les injustices sociales internes, la défaillance des hôpitaux, le manque d’accès aux soins de santé, le délabrement du système éducatif, le chômage, les inégalités sociales, le manque de logement décent, la corruption, les problèmes économiques graves,  la torture et la censure … bref, toutes les atteintes quotidiennes à la dignité humaine? Faisons donc face aux vrais problèmes, et travaillons pour les résoudre.
  • Au niveau occidental : tous les acteurs qui croient à l’égalité de la dignité humaine pourraient faire davantage pression sur leur gouvernement.  D’un côté, le Ministère des affaires étrangères et l’institution militaire sont deux secteurs qui échappent en général à la vigilance de l’opinion public occidental.  De l’autre côté, certains pays musulmans produisent directement du fondamentalisme religieux en faisant de l’exportation de l’extrémisme leur politique étrangère comme c’est le cas pour l’Arabie saoudite et l’Iran, pendant que d’autres pays le produisent indirectement, à savoir par les injustices sociales, l’appauvrissement croissant du peuple, comme c’est le cas pour le Maroc.  Imaginons pendant une seconde l’affaiblissement que subiraient les élites dirigeantes de ces pays si entre autres on ne leur vendait plus d’armes et si on les excluait des structures économiques et financières mondiales.
  • Au niveau des Nations Unies : il est temps qu’on prenne au sérieux les droits des femmes, et qu’on arrête de les traiter comme des spécificités culturelles ou religieuses qui dépendent du bon vouloir d’une élite dirigeante masculine .
Publié dans Actualité | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

Terrorisme en Europe et ailleurs

Quelques réflexions sur les actes terroristes en France et ailleurs :

1- Il ne s’agit pas de conflits entre religions. Comme le Pape l’a si bien dit, il s’agit d’intérêts géo-stratégiques et d’argent.

2- Il ne s’agit pas de conflits entre l’Islam et un Occident démocratique. DAECH par exemple réserve la même violence à d’autres musulmans.

3- Remplacer le discours « eux » vs «nous» en Occident par une alliance et des liens de solidarité avec les démocrates au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. La solidarité internationale entre démocrates du monde et entre tou-tes ceux et celles qui croient aux droits humains est la seule solution.

4- Au niveau local, travailler de façon consctructive contre les injustices sociales et internationales, par exemple au niveau associatif, éducatif, artistique, intellectuel, ou personnel en poursuivant des valeurs de tolérance, d’ouverture et de dialogue.

Publié dans Actualité | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Tanit, déesse berbère du Maghreb préislamique

Tanit, connue également par les noms deTinnit, Tannou et Tangou, a été une déesse berbère de l’Afrique du Nord préislamique. Son culte a débuté à Carthage (Tunisie actuelle), puis s’est propagé à toute l’Afrique du Nord. Elle était la déesse de la fertilité, les naissances et la croissance.

Tanit est toujours vénérée en Tunisie actuelle. Selon la coutume, elle est évoquée durant les périodes de sécheresse et de manque de pluie.

Source consultée :

Fatima Sadiqi a étudié la signification du culte de Tanit dans son livre Moroccan Feminist Discourses (New York: Palgrave Macmillan, 2014).

Publié dans Femmes, Femmes antiques | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire