Histoire du peuple (M20F) : al-Haqed

AIC_1539Al-Haqed (l’indigné), dont le vrai nom est Mouad Belghouat, est un rappeur et un militant actif du Mouvement du 20 février (M20F). Ce jeune de vingt-quatre ans a été arrêté deux fois. À la suite de deux procès politiques montés de toutes pièces, il a été condamné à quatre mois de prison pour« agression d’un manifestant », puis à un an de prison ferme pour « atteinte à la dignité de la police ». Al-Haqed a été libéré le 29 mars 2013.

Personne n’ignore que le rappeur a été arrêté à cause de ses chansons engagées qui critiquent ouvertement  l’institution monarchique, et qui ont rythmé les pas des foules contestataires lors des manifestations du M20F.  Voilà la traduction de quelques unes de ces chansons :

http://monde-arabe.arte.tv/le-rappeur-mouad-belghouat-arrete-au-maroc/

« Il faut en finir avec la peur
Personne n’est satisfait avec le régime
Réveillez-vous, les dormeurs !
Regardez le peuple égyptien !
Regardez le peuple tunisien !
Te ment celui qui te dit que le Maroc est une exception.

….

Tant que le pouvoir reste entre les mains d’une seule personne,
Je serai indigné.
La constitution et les partis politiques ne sont qu’un décor :
Ils attendent  tous les ordres du chauffeur.
Vive le peuple !
Avez-vous remarqué que le roi est mentionné 61 fois dans la constitution ;
Alors que le peuple qu’une seule fois ?
Ô les gens, pourquoi cette humiliation !

….

Quand un peuple veut la vie,
Il doit abandonner le silence,
Il doit prendre la parole et s’exprimer par lui-même.

Les élites de l’État ont dilapidé nos richesses.
Et elles nous ont lancé quelques miettes.
Combien de militants  sont décédés pour notre dignité ?

Regardez le peuple tunisien, regardez le peuple égyptien !
Et te ment celui qui te dit que la Maroc est une exception. »

Dernières paroles d’al-Haqed avant qu’il ne soit arrêté

http://www.youtube.com/watch?v=hkNL6XNWyJk

« Que reposent en paix tous ceux qui sont morts pour cette terre libre !
Le mouvement du 20 février nous a permis de soulever de nombreuses questions:
Pourquoi on paie  la police, ou mieux les esclaves du makhzen, alors que celle-ci nous réprime?
Pourquoi l’éducation makhzenienne abrutit les enfants du peuple, au lieu de les éclairer ?
Pourquoi tant de richesses dans le pays, le phosphate, les agrumes, le poisson, et le peuple n’y a pas droit ?
Pourquoi le judiciaire est une grande parodie?
Pourquoi la ministre de la santé s’impose au ministère, alors qu’elle ruine la santé?Pourquoi les plus grands hommes d’affaires au Maroc sont des ministres ?
Pourquoi les élites de l’État n’interdisent ni Ketama (région où le cannabis est planté) ni les pseudo-médicaments narcotiques (commercialisés sur le marché de la drogue) ?
Pourquoi les élites de l’État participent au tourisme sexuel, alors que le Maroc est considéré être la terre du commandeur des croyants ?
Pourquoi le gouvernement œuvre seulement pour les intérêts de ses propres enfants, et ne fait rien pour les enfants du peuple ?

Qui sont-ils ? Les pantins des ministres !
Qui sont-ils ? Seules les grandes familles originaires de Fès gouvernent.
Qui sommes-nous ? les enfants du peuple qui milite.
Qui sommes-nous ? Les enfants du peuple qui sont laissés pour compte.

Le proverbe dit la loi ne protège pas les naïfs.
Et le citoyen marocain Mouad Elhaqed, qui est indigné par la situation du pays, dit qu’il n’y a pas de justice pour les Marocains marginalisés.
Par contre la loi protège les naïfs s’ils sont des riches.

Et selon les rumeurs, 50% du peuple vénère le jeune roi Mohamed VI,
Le fils de Hassan II, connu par l’ère du makhzen, où celui qui ose parler se fait coffrer
40% prétend l’aimer,
et 10 % ne le reconnaît pas.
Mais si vous l’aimez tant, allégez sa charge.
C’est trop pour lui,
C’est lui qui désigne les ministres,
C’est lui qui fait les inaugurations,
C’est lui qui fait les discours devant ses esclaves.
Il s’occupe de sa femme.
Il éduque son fils.
Il compte son argent déposé dans les banques suisses.
Il bâtit les palais.
Il compte les profits des supermarchés Marjane et l’ONA (groupe de compagnies de la famille royale)
Ses projets sont nombreux et tout lui appartient.
Diminuez sa charge si vous l’aimez tant !
À commencer par moi,
J’arroserai cette nation de mon sang.

Qui sont-ils ? Les  pantins des ministres !
Qui sont-ils ? Seules les grandes familles originaires de Fès gouvernent
Qui sommes-nous ? Les enfants du peuple qui milite.
Qui sommes-nous ? Les enfants du peuple qui sont laissés pour compte.

Pour le 20 Février, je respecte toute personne libre présente.
Je suis sorti manifester contre les discriminations de classe.
L’éducation de l’État est sophistiquée pour une minorité, mais condamne les enfants du peuple à la rue.

On veut un régime démocratique.
Des slogans ont été scandés pour la première fois.
Par des personnes libres.
Et je m’en suis réjouis.
J’ai aimé les requêtes.
Pour un Maroc libre.

Un gouvernement nul, dégage !
Un gouvernement fassi, un gouvernement nanti.
Un pouvoir héréditaire.

On veut un Maroc des libertés et non un Maroc pour les nantis.
Ils ont traités les manifestants du M20F de chrétiens et d’athées.
Les campagnes de salissage se sont multipliées.

Les partis politiques se sont fait récupérés.
Qui sont-ils ? Les pantins des ministres.
Qui sont-ils ? Seules les grandes familles originaires de Fès gouvernent.
Qui sommes-nous ? les enfants du peuple qui milite.
Qui sommes-nous ? Les enfants du peuple qui sont laissés pour compte.

Pas de sujets (des rois), pas de sacralité (du roi).
Vous êtes le lion et nous sommes la proie.
Laissez le peuple choisir ses politiciens.
Le Maroc entier est une ferme.
Et les enfants du peuple y sont des vassaux.

Assez de la police !
Construisez-nous plutôt des écoles.
Assez de prisons !
Construisez-nous plutôt des hôpitaux.
Abbas (ex premier ministre), dégage !

Nous vivons comme des esclaves.
Ce n’est pas loin qu’on devienne tous des Bouazizi.
Le premier message : dégage !

La nation est devenue comme une femme veuve.
Tous les passants en abusent !
Nous n’avons pas de chance, on manque de dirigeants capables.
On veut un gouvernement du peuple,
Et non un gouvernement aux abois.
On veut des changements constitutionnels.
Les enfants du peuple se révoltent !

Qui sont-ils ? Les pantins des ministres.
Qui sont-ils ? Seules les grandes familles originaires de Fès gouvernent.
Qui sommes-nous ? Les enfants du peuple qui milite.
Qui sommes-nous ? Les enfants du peuple qui sont laissés pour compte. »

 

Ce contenu a été publié dans Histoire du peuple, Histoire du peuple : M20F, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire