«Fathima la marocaine», femme goum

Dans les années 1900, seul le Maroc est resté plus ou moins à la marge de la domination européenne, même s’il faisait l’objet de convoitises coloniales entre la France, l’Espagne et l’Allemagne.  Néanmoins progressivement la souveraineté du Maroc a été compromise, si bien qu’en 1912, les protectorats français et espagnols ont été établis au Maroc, avec le gros morceau du Maroc étant sous occupation française.

Certes, la résistance au colonialisme au Maroc a été féroce. Cependant, certain-es Marocain-es ont été forcé-es de rejoindre les rangs de l’armée française, alors que d’autres ont été recruté-es volontairement, pour combattre pour les intérêts coloniaux de la France soit en Europe, soit ailleurs dans le monde.  On désigne par «goum» tout soldat d’origine maghrébine qui a rejoint les rangs de l’armée française.  D’un point de vue historique, ce qui est intéressant au sujet des goums, c’est que pendant longtemps, ils ont sombré dans l’oubli.  La France n’en parlait pas, parce qu’il s’agit d’une population subalterne qui ne serait pas digne d’être mentionnée par l’histoire officielle.  De son côté, le Maroc n’en parlait pas non plus, parce  que l’histoire officielle, à la nationale et nationaliste, ne savait pas comment interpréter l’engagement des goums pour une puissance colonialiste.  Et l’oubli est double, quand il s’agit de femmes  goums : un oubli d’une population subordonnée, à cause de son sexe, au sein d’une population subalterne dans les jeux mondiaux du pouvoir.  En effet, les archives françaises montrent qu’une certaine Marocaine qu’on surnommait «Fathima la marocaine» faisait partie des soldats qui combattaient pour les intérêts de la France en 1915.

On ignore tout de cette femme, y compris son nom de famille.  Toutefois, on suppose qu’elle ait existé.  En effet, d’une part, on a une photo d’elle qui a été reproduite par un article du journal français Le Miroir, datant du 13 juin, 1915, qui est intitulé «Les femmes qui se battent comme de vrais soldats», et qui parle d’elle en ses termes : «Fathima la marocaine a suivi nos unités maghrébines depuis le début de la bataille, et a combattu courageusement comme un homme.» D’autre part, d’autres documents historiques mentionnent la présence de femmes parmi les goums, sans toutefois préciser le rôle que ces femmes ont joué dans l’armée française.

Sources consultées :

Impérialisme en Afrique du Nord : http://chnm.gmu.edu/wwh/d/182/wwh.html# “Fatima the Moroccan.” Le Miroir. 5ème année, numéro 81, 13 juin, 1915.

Ce contenu a été publié dans Femmes, Femmes et colonialisme, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.